La saga des Montgomery – Tome 1 : Les yeux de velours (Jude Deveraux)

Présentation de l’éditeur (J’ai Lu)

les yeux de velours jude deverauxLes yeux de Velours, de Jude Delevaux

L’aube se lève. Judith ne dort toujours pas. Que lui est-il arrivé ? Est-elle vraiment la femme de cet inconnu assoupi à son côté ? Oui, elle s’est livrée tout entière à Lord Gavin Montgomery, désormais son seigneur et maître. Il l’a déshabillée lentement, puis il l’a emportée sur le lit conjugal, tremblante et vaincue. Et, dans le monde magique des sens, plus rien n’a existé que leurs deux corps embrasés de désir. Mais avec le jour, la terrible réalité a repris ses droits; Gavin n’aimera jamais

Judith ; son cœur appartient à une autre.

Jude Deveraux a publié une quinzaine de romans et a vendu plus de vingt millions de livres aux Etats – Unis. La saga des Montgomery a pour toile de fond les Highlands de l’Ecosse médiévale et les intrigues de la cour d’Angleterre.

Prix : 6,95 € | Parution : 22/05/2013 | Genre : romance historique

Les yeux de Velours : les bases d’une saga historique

Les yeux de velours, de Jude Deveraux, une belle entrée en la matière pour la Saga des Montgomery ! Sorti en 1982, il narre les aventures de Gavin.
L’histoire se passe en Angleterre, en 1501. À cette époque, on ne se mariait pas par amour. On utilisait le mariage pour tisser et renforcer des liens avec d’autres clans. Mais aussi pour étendre pouvoir, richesse et territoire. C’est ainsi que l’aîné des Montgomery choisit d’épouser Judith, fille unique des Revedoune. Et ce, sachant très bien qu’il en aime une autre : Alice Chatworth. Dans son désir de combiner devoir, amour et passion, il épouse l’une et jure un amour éternel à l’autre. « Judith pour la passion, et Alice pour l’amour » songeait-il.

Éduquée depuis son enfance pour devenir mère supérieure, Judith Revedoune est loin d’être stupide. Dotée d’une intelligence rare – bien plus que la majorité des femmes de son époque – elle ne tarde pas à découvrir le pot aux roses. Blessée dans son amour-propre le jour de son mariage, elle jure de ne jamais aimer ce mari que son père lui a imposé.

La guerre est alors déclarée entre les deux époux. Mais ils ne tarderont pas à comprendre qu’entre la haine et l’amour, il n’y a qu’un seul pas.

L’oeuvre dense et maîtrisée de Jude Deveraux

En parcourant ce livre, on comprend aisément pourquoi la saga des Montgomery fait tant parler d’elle. Et on comprend aussi pourquoi elle a permis à Jude Deveraux de devenir une référence dans le domaine de la romance féminine.

Ce roman a tout pour plaire :

  • Une histoire intéressante

Insolite certes, mais sans aucune exagération et tout à fait possible au regard de l’époque où elle se passe. Sans jamais passer dans le mélodramatique, le récit reste cohérent du début jusqu’à la fin.

  • De l’imprévisibilité

Des intrigues, des rebondissements, des retournements de situation… à souhait. Bien que les situations décrites soient plausibles, la suite des événements n’est jamais celle que l’on attend. L’auteur a veillé à ce que le lecteur reste agréablement surpris à chaque fois. Bref, il y a de quoi le tenir en haleine de la première jusqu’à la dernière page.

  • Une belle plume

Le soin que l’auteur a apporté à son écriture se note dès les premières lignes. Il y a de la maitrise dans la manière dont les phrases, les tirades et les réflexions sont transcrites. Elles ne retiennent pas seulement l’attention. Elles marquent si bien qu’elles restent en mémoire aisément. La lecture est en conséquence facile et fluide.

  • Des personnages principaux passionnants

A commencer par le héros. A la fois viril et mystérieux, Gavin Montgomery peut parfois paraître têtu et stupide. Mais ce côté « Homme pas parfait » donne un côté humain à ce personnage. Ce qui le rend d’autant plus captivant. Quant à Judith Revedoune, elle est tout simplement adorable. Sa beauté n’ayant d’égale que son entêtement, c’est une héroïne si réelle qu’on ne peut que l’aimer et la comprendre. On s’offusque, on est triste, on rit, on ressent tout avec elle… C’est elle qui donne vie à toute l’histoire en suscitant chez le lecteur de vives émotions.

  • Des personnages secondaires qui ne sont pas en reste

On note un équilibre maîtrisé entre les personnages principaux et secondaires. Les héros sont mis en avant, mais les autres personnages ne sont pas pour autant négligés. Chaque personnage est développé de manière qu’on puisse saisir leur complexité. On découvre ainsi au cours de la lecture que les frères Montgomery ont un sacré caractère. Chacun d’eux, à leur manière, intriguent par leur personnalité, si différente de l’un à l’autre. Dans ce premier tome, l’auteur a su les révéler assez pour nous donner envie de connaître également leur histoire. Il en va de même pour la famille Chatworth dont le mode de vie ne peut qu’inciter la curiosité quand on sait que l’un de ses membres féminins va de nouveau croiser le chemin d’un des frères Montgomery dans un autre tome. Mais c’est une toute autre histoire.

  • Un dénouement plus qu’excellent

Certes, la fin d’une romance est toujours prévisible, mais ici, c’est le chemin qui y mène qui séduit le plus. Le dénouement n’est pas lentement amorcé au cours du récit. Jude Deveraux choisit de sortir des sentiers battus pour proposer une fin ingénieuse, à la hauteur de tout le roman. On a ainsi droit à un dénouement qui s’est fait désirer, qui nous laisse finalement repu, mais à la fois impatient de connaître la suite.

Pari réussi pour Jude Deveraux. Les Yeux de Velours est une belle entrée en la matière. La fin est plus que satisfaisante, mais elle donne aussi envie de lire les 3 autres tomes. Il est ainsi facile de comprendre pourquoi ce livre connaît autant de succès. Depuis sa première sortie, Les yeux de velours a été édité trois fois par les éditions J’ai Lu.

Extrait

« ― Et que dois-je faire, je vous prie, si je ne peux pas parler à votre fauconnier ou à quiconque d’autre ayant besoin de conseils ?
Gavin fut décontenancé.
― Eh bien… des activités de femme. Coudre. Surveiller les cuisines et le ménage et… fabriquer des crèmes pour le visage.
Cette dernière suggestion lui parut particulièrement bien inspirée.
Les yeux de Judith étincelèrent.
― Des crèmes pour le visage ! Gronda-t-elle. Alors maintenant, je suis laide et j’ai besoin de crèmes pour le visage ! Peut-être devrais-je aussi préparer des cosmétiques pour assombrir mes cils et rosir mes joues pâles !
Gavin était dérouté.
― Je n’ai pas dit que vous étiez laide, mais seulement que vous ne deviez pas enseigner la couture à mon armurier. »

L’auteur

Jude Deveraux est un écrivain américain de romances célèbres. Vivant dans le Connecticut, elle a écrit son premier roman en 1976, mais c’est en 1982 qu’elle commence à devenir célèbre. Et ce, en partie grâce à la saga médiévale des Montgomery, dont fait partie Les Yeux de Velours. À ce jour, elle a plus d’une soixantaine de romans à son actif.

Partager cet article avec votre entourage :