Littérature étrangère

Catégorie : Littérature étrangère

Le Secret des tranchées (Thomas H. Cook)

Que veut cet homme qui impose sa présence et laisse le malaise s’installer sans dévoiler ses intentions ? La conversation révèle une proximité entre les deux personnages, qui ont tous les deux grandi à Linz et fréquenté le lycée de la Realshule à la même époque. Mais le rapprochement tourne court, car les itinéraires empruntés par l’un et l’autre n’ont guère de points communs.

Lire la suite

Dernier tramway pour les Champs-Élysées (James Lee Burke)

Ce treizième épisode des travaux de Dave, qui n’ont rien à envier à ceux d’Hercule, est certainement le plus empreint de mélancolie, un sentiment qui sied parfaitement à la plume de Burke. L’auteur de Dans la Brume électrique s’est imposé livre après livre comme une référence du roman noir et cet opus, puissant et maîtrisé, s’inscrit dans le sens de cette ascension.

Lire la suite

L’homme qui marchait sur la Lune (Howard McCord)

Dans la caste des meurtriers, il y a les guerriers et les assassins, les romantiques qui se battent bruyamment pour un idéal et les exécutants de l’ombre qui accomplissent leur tâche avec froideur. William Gasper est résolument et consciemment un assassin, « de caractère comme de profession » et il fait de son récit « un cours pour apprenti assassin ».

Lire la suite
hermann hesse

Narcisse et Goldmund (Hermann Hesse)

Reprenant les codes qui lui sont si chers, ceux de la difficulté d’être, du rapport à soi et au monde, Herman Hesse livre avec poésie et beaucoup de finesse un témoignage d’une remarquable qualité littéraire. Dans cette œuvre intemporelle qui se lit d’une traite, Il nous confirme encore une fois qu’il est le maître incontesté et incontestable du roman initiatique. Le livre du prix Nobel de littérature est un hymne à la liberté d’être, et à la jouissance de la vie dans toute sa sensuelle bestialité.

Lire la suite
Joe Meno

Le blues de La Harpie (Joe Meno)

Joe Meno, en usant de symboles très forts, dépeint une société déliquescente dont les héros du roman ne sont que l’incarnation. Cela se traduit au fil des pages par de nombreuses scènes de violence gratuite, la culpabilité qui ronge chaque protagoniste mais aussi la folie incarnée notamment par Lady Saint-François qui vit au milieu d’animaux morts et Fiona sur laquelle les oiseaux construisent leurs nids…

Lire la suite
Robert Musil Torless

Les Désarrois de l’élève Törless (Robert Musil)

Dans ce roman raconté à la troisième personne, qui n’est pas sans rappeler « Demian » ou « Les loups des steppes » de Herman Hess, nous suivons la quête initiatique d’un jeune adolescent timoré dans une école privé militaire où ses parents l’envoient poursuivre ses études. Dés la première page, la rigueur allemande qui suinte du style de Musil nous saute à la gorge.

Lire la suite
consectetur non mi, adipiscing justo diam